Imprimé le lundi 11 novembre 2019
Sarcome de l'artère pulmonaire/intérêt du TEP scan pour le diagnostic préopératoire


Revue des Maladies Respiratoires

V. Garcia [1], H. Vallerand [1], O. Toubas [1], J.C. Liehn [1], G. Deslee [1], P. Dartevelle [1], F. Lebargy [1]
[1] Service des Maladies Respiratoires et Allergiques, Hôpital Maison Blanche, CHU de Reims, France.

Nous rapportons un cas d'angiosarcome de l'artère pulmonaire. Mme L., 58 ans, non fumeuse, sans antécédent, présente une toux isolée depuis un mois, associée à deux opacités pulmonaires droites et une pleurésie minime. Une antibiothérapie entraîne la résolution des images radiologiques. Un mois plus tard, apparaît une douleur thoracique droite et la réapparition d'opacités pulmonaires droites. La scintigraphie pulmonaire montre l'absence de perfusion à droite et une ventilation conservée. L'angioscanner montre une masse intraluminale dans l'artère pulmonaire droite. L'anticoagulation n'entraîne aucune modification sur l'angioscanner réalisé à J10. L'angio IRM objective une masse intraluminale dans l'artère pulmonaire droite sans rehaussement après Gadolinium. Le TEP-scan révèle une fixation du traceur sur la masse endoluminale et une fixation parenchymateuse. Une pneumonectomie droite est réalisée avec résection de l'artère pulmonaire principale jusqu'à l'artère pulmonaire gauche. L'examen anatomopathologique objective un sarcome intimal de haut grade de malignité avec différenciation myofibroblastique associé à un infarctus pulmonaire droit.

Le diagnostic pré-opératoire de sarcome de l'artère pulmonaire est très difficile. L'angio-IRM peut montrer une lésion intraluminale rehaussée sur les séquences T1 après gadolinium, mais cet aspect est inconstant. La fixation intraluminale au TEP-scan constitue un argument diagnostique, mais les fixations intraparenchymateuses peuvent correspondre à des infarctus pulmonaires.



Haut de page


© 2004 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.